En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Kenneth Spearman, dit Kenny Clarke

Kenny Clarke
Kenny Clarke

Batteur de jazz américain (Pittsburgh 1914-Montreuil-sous-Bois 1985).

Il fait partie des inventeurs du bop et joua avec Benny Carter, Coleman Hawkins, Dizzy Gillespie avant de participer, en 1952, à la création du Modern Jazz Quartet.

Avec lui, la batterie entre radicalement dans l'ère moderne. Combattant de la première révolution du jazz, inventeur de la batterie be-bop, père de tous les percussionnistes modernes, « Klook » (son surnom) a, au début des années 1940, bouleversé les concepts du tempo, jusque-là appuyé sur les caisses et ponctué par les cymbales. Il inverse les rôles : c'est sur la grande cymbale (ride) que le tempo est marqué, prodiguant ainsi un chabada et un continuel « ding ding » à la pulsation plus flexible ; ponctuations et accentuations sont assurées par la caisse claire et la grosse caisse, celle-ci balançant quelques « bombes » fort stimulantes pour le soliste. La batterie devient donc un instrument DE concert et non plus POUR la danse, libérant du même coup la contrebasse, qui peut devenir un instrument soliste.

Les innovations de Kenny se manifestent d'abord au sein de l'orchestre de Teddy Hill (1939-1940), lequel lui confie le soin de former le combo qui animera les fameuses jam-sessions du Minton's Playhouse, véritable laboratoire du be-bop. Là, il rencontre les plus grands novateurs du moment, épouse la chanteuse Carmen McRae, joue du trombone à l'armée et accompagne ensuite Billie Holiday et Sarah Vaughan, avant de rentrer dans le grand orchestre de Dizzy Gillespie (1946). Free-lance de 1949 à 1951, il se produit souvent avec Pierre Michelot, avant de rejoindre le Modern Jazz Quartet, qu'il quitte en 1954 « parce que, dira-t-il, je ne voulais pas me limiter à jouer de la musique de chambre ».

Installé à Paris à partir de 1956, Kenny Clarke fait partie de l'orchestre de Jacques Hélian, enregistre avec Miles Davis la musique du film Ascenseur pour l'échafaud, joue au Club-Saint-Germain et devient le batteur attitré du Blue Note de Paris, de 1959 à 1966. Il codirige, pendant dix ans à partir de 1961, le Clarke-Boland Big Band, composé de vedettes internationales et de musiciens européens, joue et enregistre avec les musiciens de passage (ou fixés) à Paris (Bud Powell, Johnny Griffin, Lee Konitz, René Thomas…) et ouvre une école de batterie en 1967, avec Dante Agostini, se passionnant alors pour l'enseignement. Après vingt ans d'absence, il rentre aux États-Unis en 1977, y retourne périodiquement et constate avec émotion le respect et l'intérêt des jeunes musiciens à son égard.