En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Martin Chalfie

Biologiste américain(Chicago 1947).

Titulaire d'un doctorat de neurobiologie obtenu en 1977 à l'université Harvard, il est professeur de sciences biologiques à l'université Columbia (New York) depuis 1982. Spécialiste de la physiologie d'un ver transparent microscopique, Caenorhabditis elegans, il cherche à mieux décrire l'organisation des 959 cellules qui le composent lorsqu'il apprend, en 1988, lors d'un séminaire, l'existence de protéines fluorescentes et, en particulier, de la protéine fluorescente verte (GFP). Il entrevoit aussitôt l'intérêt d'utiliser la GFP comme marqueur biologique : si l'on parvient à accrocher le gène commandant la production de GFP à d'autres protéines, on pourra visualiser ces dernières et, de ce fait, mieux comprendre certains processus biologiques. Martin Chalfie demande alors à l'un de ses confrères, Douglas Prasher, d'isoler le gène codant pour la GFP. Celui-ci est inséré en 1990 dans une bactérie Escherichia coli, qui devient ainsi luminescente. Chalfie injecte ensuite à son tour ce gène dans certains neurones du ver auquel il consacre ses recherches : ces neurones, impliqués dans la perception tactile de l'animal, émettent alors une lumière verte qui permet de les visualiser. Présentée dans la revue Science en février 1994, l'expérience inaugure l'emploi de la GFP comme biomarqueur. Cette technique de visualisation des phénomènes biologiques est devenue aujourd'hui un outil universel d'étude du vivant à l'échelle cellulaire. Elle vaut à Martin Chalfie, en 2008, le prix Nobel de chimie, qu'il partage avec Osamu Shimomura et Roger Tsien.