En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Fanny Ardant

Actrice française (Saumur 1949).

Intelligente, cette grande brune au regard passionné, à l'accent chic des beaux quartiers et à l'allure de bourgeoise, mène sa carrière tambour battant, passant indifféremment des planches aux plateaux de télévision ou de cinéma.

Après une enfance plutôt dorée à Monaco (elle fréquente le même collège que Caroline de Monaco), Fanny Ardant débute au théâtre à quinze ans dans Polyeucte (Corneille), le Maître de Santiago (Montherlant), Esther (Racine) et Électre (Giraudoux). À trente ans, elle tourne son premier film, les Chiens (1979), d'Alain Jessua, et découvre la magie des tournages. Mais c'est véritablement la Femme d'à côté (1981), de François Truffaut, qui la lance : le rôle intense de Mathilde semble fait pour elle.

Reconnue, elle tourne alors avec les plus grands : Claude Lelouch (les Uns et les Autres, 1981), encore François Truffaut (Vivement dimanche, 1983), Alain Resnais (La vie est un roman, 1983 ; l'Amour à mort, 1984, et Mélo, 1986), Michel Deville (le Paltoquet, 1986), Volker Schlöndorff (Un amour de Swann, 1983) ou encore Ettore Scola (la Famille, 1987), sans pour autant dédaigner la télévision, où elle débuta avec les Dames de la côte dès 1979, puis la Grande Cabriole (1987), qui obtint la nymphe d'argent au festival de télévision de Monte-Carlo en 1989. Comédienne au registre étendu, elle peut tout aussi bien incarner une tenancière de boîte de nuit dans Pédale douce (1996), de Gabriel Aghion, que la comtesse de Blayac dans Ridicule (1996), de Patrice Leconte. Elle a tourné en 1998 dans Balzac (film pour la télévision) au côté de Gérard Depardieu ; en 1999 dans le Dîner, d'E. Scola et dans la Débandade, de Claude Berri et en 2000 dans le Fils du Français, de Gérard Lauzier et le Libertin, de Gabriel Aghion.