En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Didier Anzieu

Psychanalyste français (Melun 1923-Paris 1999).

Freudien orthodoxe, mais ouvert à la pratique du psychodrame et de la thérapie de groupe, il appartint à la troisième génération psychanalytique française. À sa sortie de l'École normale supérieure (1944), il devint l'assistant de Daniel Lagache à la Sorbonne, lequel lui proposa comme sujet de thèse l'Autoanalyse de Freud (publiée en 1959) et l'adressa en analyse didactique chez Jacques Lacan. Au cours d'une séance avec ce dernier, Didier Anzieu apprit que sa mère, internée à Sainte-Anne, avait été la patiente de Lacan et ce fameux « cas Aimée » sur lequel le célèbre psychanalyste avait bâti sa thèse (publiée en 1932). Sa mère révéla à son tour sa version de l'histoire, accusant Lacan de l'avoir traitée comme un cas médical et non comme un être humain. Cette découverte eut pour conséquence la rupture immédiate et violente de Didier Anzieu avec Lacan et sa théorie. Les deux psychanalystes se retrouvèrent cependant en 1953 pour fonder la Société française de psychanalyse (SFP), avec d'autres confrères, parmi lesquels Françoise Dolto et Daniel Lagache. Didier Anzieu quitta cependant le groupe en 1964 pour créer, avec Jean Laplanche et Jean-Pierre Pontalis, l'Association psychanalytique de France (APF). Parallèlement, il poursuivit une carrière de professeur de psychologie à l'université de Nanterre.