En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

André le Chapelain

Écrivain français d'expression latine (fin XIIe-début xiiie s.).

André, qui fut probablement le chapelain de la comtesse Marie de Champagne, a laissé un traité inspiré d'Ovide, le De Amore, vraisemblablement composé entre 1181 et 1186, et qui souleva de nombreuses controverses. Dédié à un certain Gautier (sans doute un ami de l'écrivain), cet ouvrage, construit en trois parties, expose les règles de l'amour courtois. Les deux premiers volets portent sur la nature de l'amour, le rôle du désir et la manière de le préserver, et sur le rôle de la dame – plusieurs femmes du royaume y sont d'ailleurs évoquées, notamment Marie de Champagne et sa mère, Aliénor d'Aquitaine. Les théories qui y sont énoncées servirent certainement de source d'inspiration aux auteurs du Roman de la Rose.

Paradoxalement, le troisième livre prend le contre-pied de la tradition courtoise et s'oppose à l'art d'aimer savamment élaboré dans la première partie de l'ouvrage. L'auteur, qui apparaît alors sous un jour nouveau, change radicalement de ton : il y tient des propos profondément antiféministes et dresse une sévère condamnation de l'amour. On a beaucoup glosé sur ces contradictions sans jamais parvenir à une interprétation réellement satisfaisante. Condamné en 1277, le De Amore connut au demeurant de nombreuses adaptations en langue vulgaire.