En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Jaroslav Čermák

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre tchèque (Prague  1830  – Paris 1878).

Après deux années d'études à l'Académie de peinture de Prague, il compléta sa formation à l'Académie d'Anvers et dans l'atelier Gallait à Bruxelles.

Un des premiers Tchèques à se rendre à Paris (1852), il exposa au Salon (Une Razzia de bachi-bouzouks, 1861, Prague ; galerie Národní). Il fit de longs séjours au Monténégro, dont il évoqua la vie des habitants et leurs luttes contre les Turcs dans des toiles qui lui valurent la notoriété (Noce en Dalmatie, musée de Prague ; Captives monténégrines, 1870, id. ; le Monténégrin blessé, 1874, id.). Ces tableaux au coloris vif sont encore conçus de manière puissante et lumineuse, dans un esprit d'idéalisation romantique.

Dans ceux qu'il exécuta dans les années 1870 à Roscoff, en Bretagne, il s'attache davantage à cerner la réalité et à saisir le caractère des choses (la Côte à Roscoff, 1870, id. ; Nature morte aux poissons, 1870, id.). Čermák a été également un bon portraitiste (J.-E. Purkyne, 1856, musée de Prague ; Mère slovaque et son enfant, 1859, Amsterdam, musée Fodor).