En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

suprématisme

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Le nom de ce mouvement d'avant-garde russe dérive du mot " suprême " et reflète les idées de Malévitch, son chef de file. Les théories suprématistes, qui affirment la souveraineté de la forme abstraite limitée au carré, au rectangle, au cercle, au triangle et à la croix, sont exposées dans les nombreux écrits du peintre, et son œuvre elle-même en est la meilleure illustration. Cependant, la date de l'avènement du Suprématisme est controversée. Malévitch présente ses premières œuvres abstraites (connues comme suprématistes) en décembre 1915 à l'exposition 0,10, qui a lieu à Petrograd. Le mot Suprématisme ne figure pas dans le manifeste qu'il publie à cette occasion. Le catalogue ne mentionne aucune de ses 35 peintures exposées comme " suprématistes ", et c'est dans les comptes rendus de la presse que le mot apparaît pour la première fois, laissant supposer que Malévitch l'aurait employé au cours d'une conférence-débat organisée aussitôt après l'ouverture de l'exposition. En 1916, Malévitch publie un essai intitulé Du Cubisme et du Futurisme au Suprématisme. Or, plus tard, il fixera lui-même les débuts du Suprématisme en 1913. Longtemps considérée comme un désir de sa part de prendre date dans l'histoire de l'Art abstrait, cette allégation s'éclaire grâce à la connaissance, récemment acquise, d'un de ses textes où il explique que le Suprématisme " cosmique " (et abstrait) avait succédé au Suprématisme " mécanique " qui illustrait la " vie dans la machine " et qui correspondrait donc à la période cubo-futuriste de son œuvre. Ainsi interprétée, la date de 1913 serait exacte. En décembre 1918, au Xe Salon d'État de Moscou, Malévitch expose son Carré blanc sur fond blanc, aboutissement le plus radical, brûlant les étapes, de la démarche abstraite. L'artiste écrit dans le catalogue du Salon : " À présent, le chemin de l'homme se trouve à travers l'espace... J'ai percé l'abat-jour bleu des limites de la couleur, j'ai pénétré dans le blanc ; à côté de moi, camarades pilotes, naviguez dans cet espace sans fin. La blanche mer libre s'étend devant vous. "

Parmi les suprématistes de la première heure, il faut citer les peintres Pougny, Menkov, Klioun. Après 1920, l'influence du Suprématisme se fait sentir dans le domaine des applications pratiques, et Malévitch déclare en 1924 : " Le Suprématisme déplace son centre de gravité sur le front de l'architecture. " À travers l'activité d'El Lissitsky, cette influence atteint l'Allemagne, où, dans les milieux du Bauhaus, elle contrebalance celle du Néo-Plasticisme. Les affiches, les mises en page que Lissitsky réalise (et qui restent des modèles du genre) se rattachent au Suprématisme par la disposition diagonale des formes, reliées en un équilibre dynamique.