En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

siccatif

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Employé adjectivement, ce mot désigne ce qui est apte à se polymériser par oxydation. Employé comme substantif, il désigne une préparation à base de composés métalliques, douée de propriétés catalytiques, ajoutée, à des doses relativement faibles, à des huiles, vernis, enduits gras afin d'accroître leur siccativité propre.

Les siccatifs activent l'oxydation des huiles siccatives. Ce sont généralement des sels de plomb (siccatifs dérivés du plomb, litharge ou même céruse), des sels de manganèse (oxyde ou bioxyde de manganèse), des sels de zinc (sulfate de zinc, appelé autrefois " couperose blanche "). Les siccatifs mixtes (siccatifs de Courtrai) sont des mélanges à parts égales de sels de plomb et de sels de manganèse. Les peintres italiens ont utilisé des siccatifs. Au xviie s. Rubens fabriquait des huiles siccatives " fort épaissies au soleil sur la litharge ". À partir du xviie s., presque toutes les huiles furent siccativées artificiellement. Les siccatifs liquides ou en poudre nuisent à la solidité de la peinture si leur proportion dépasse de 3 à 5 p. 100 du poids de la couleur.

Les siccatifs le plus fréquemment utilisés actuellement sont les oléates, les linoléates, les naphténates, les résinates et les stéréates de plomb, de manganèse, de fer, de cobalt et de zinc, solubles dans les huiles.