En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

papier report

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Papier recouvert d'une couche de colle et de blanc, grainé mécaniquement, opaque ou transparent, qui tend à imiter la surface d'un calcaire lithographique.

Utilisé pour des raisons de commodité, le papier report permet aux artistes d'exécuter un dessin qui sera ensuite reproduit selon le procédé de la lithographie, en évitant les contraintes inhérentes à celle-ci (poids et encombrement de la pierre).

L'artiste trace, au crayon gras ou à l'encre lithographique, son dessin sur la couche superficielle de colle, qui l'isole du papier. Celle-ci étant soluble dans l'eau, il suffit, pour que le tracé gras se dépose sur la pierre lithographique, de poser le papier report (côté dessin) sur celle-ci, puis d'en humecter le verso. La colle se dissout et la graisse de l'encre adhère au calcaire. Corot utilisa très souvent ce moyen pour travailler " sur le motif ".