En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

châssis

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Assemblage de pièces de bois ou d'autre matière sur lequel est tendue et fixée, selon différents procédés, une toile à peindre. Sur les châssis en bois, généralement consolidés au revers par des barres, des traverses et des écharpes, la toile est maintenue au moyen de clous, ou broquettes, plantés sur l'endroit (mode de fixation de la première toile tendue sur châssis, comme la Présentation au Temple, de Mantegna, auj. à Berlin), sur la tranche ou sur le revers.

Au xviie s., pour éviter les déchirures et assurer une tension plus souple de la toile, on a utilisé au revers le ficelage, de type hollandais. Au xviiie s., les premiers châssis à clefs sont apparus (Pernety les signale en 1754). Ces clefs, ou coins, fixées aux quatre angles des assemblages, permettent, selon leur degré d'enfoncement, d'obtenir une tension plus ou moins grande de la toile. Les châssis fonctionnant avec un système de ressorts, ou avec des dispositifs de vis, d'écrous, sont plus récents. Les châssis-cadres servent à éviter d'avoir à recourir au parquetage des panneaux de bois, qui se gauchissent.