En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

chambre claire

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Système optique composé d'un prisme monté sur une tige fixée sur la planche à dessin et qui permet de voir simultanément l'image à reproduire et le support sur lequel elle sera dessinée.

Cet appareil fut construit en 1812 par le physicien anglais Wollaston pour servir à dessiner les paysages ou du moins à vérifier sur le motif les lignes principales. Un prisme à réflexion totale est porté par un système de tiges coulissantes en position invariable relativement à la planche à dessin ; l'œil, placé de telle sorte que l'une des arêtes du prisme partage à peu près également la pupille, voit en même temps, dans le prisme, l'image réfléchie du sujet et, directement, le papier, sur lequel on peut aisément suivre avec un crayon les contours du modèle. Lorsque l'objet et le papier sont à la même distance du prisme, l'image est obtenue en vraie grandeur. Pour des distances différentes, on peut réaliser diverses valeurs du grandissement, mais il est alors nécessaire d'utiliser des lentilles pour avoir des images superposées. La chambre claire peut servir à dessiner les objets vus dans le microscope ou dans d'autres instruments d'optique. Une version perfectionnée, l'hermérographe, fut construite par Blain.