En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

cassone

(coffre peint)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Les " cassoni " étaient en Italie des meubles destinés le plus souvent à contenir le trousseau, les étoffes et le linge que les femmes apportaient habituellement en dot à leur mariage (coffre de mariage). D'abord décorés " a pastiglia " de staff ou de stuc, gainés de velours ou de tissu damassé, ils s'ornèrent, à partir du xvie s., d'un somptueux décor sculpté. En Toscane, depuis les premières années du xve s., il fut d'usage de les décorer de panneaux peints de scènes de la mythologie ou de l'histoire ancienne ou récente. Sous le même nom de " cassone " on a pris l'habitude, dans le langage de l'histoire de l'art, de désigner à la fois le coffre décoré et les peintures qui l'ornent ; le terme s'étend improprement encore à certains panneaux décoratifs, utilisés dans l'ameublement florentin de la fin du xve s. au début du xvie, que l'on disposait le long des murs en frise continue dans les grandes salles ou les chambres nuptiales (" spalliere ").

Les auteurs des " cassoni " sont presque tous anonymes, distingués par des surnoms évoquant l'œuvre réalisée ou son thème principal (Maître des Cassoni, Maître du Cassone des Adimari, Maître de Didon, Maître de Paris, Maître d'Anghiari, Maître de Virgile).

Mais des artistes florentins notoires — comme Giovanni dal Ponte (les Arts libéraux, Prado), le Maître du Bambino Vispo (Bataille, Altenburg, Lindenau Museum), Pesellino (Triomphes, Boston, Gardner Museum ; Histoire de David, Wantage, coll. Lloyd) — ainsi que certains peintres siennois décorèrent aussi des " cassoni ".

Généralement liés à la culture gothique tardive, ces peintres furent également influencés par Paolo Uccello et Domenico Veneziano, auteur lui-même d'un " cassone ", aujourd'hui perdu, peint en 1447 pour le mariage Parenti-Strozzi. Des artistes de grande renommée exécutèrent au contraire des " spalliere " (panneaux de lit) avec des épisodes mythologiques, antiques ou bibliques, ou des contes médiévaux. On doit ainsi à Botticelli les Histoires de Lucrèce (Boston, Gardner Museum) et de Virgile (Bergame, Accad. Carrara) ainsi que celles de Saint Zénobie (Londres, N. G. ; Metropolitan Museum ; Dresde, Gg) ; avec son atelier, il illustra, pour le mariage d'un Pucci, une nouvelle de Boccace, Nastagio degli Onesti (Prado). On doit à Filippino Lippi les Histoires de Moïse (Londres, N. G.) et celles d'Esther (Chantilly, musée Condé ; Ottawa, N. G. ; Louvre). Les " spalliere " de la maison de Francesco del Pugliese, aujourd'hui identifiés avec les Épisodes de l'humanité primitive (Oxford, Ashmolean Museum ; Metropolitan Museum), ainsi que les Histoires de Silène (Cambridge, Fitzwilliam Museum ; musée de Worcester) pour les Vespucci ou celles de Prométhée (musée de Strasbourg ; Munich, Alte Pin.) sont l'œuvre de Piero di Cosimo. Du début du xvie s. datent la décoration de la chambre de F. Borgherini avec des Scènes de l'histoire de Joseph, suite, aujourd'hui dispersée (Londres, N. G. ; Florence, Pitti), exécutée par Andrea del Sarto, Bacchiacca, Pontormo et Granacci, de même que celle de la petite salle des Benitendi, œuvre de Franciabigio, Bacchiacca et Pontormo. D'autres " cassoni " ou " spalliere " furent peints par Bartolomeo di Giovanni (Noces de Thétīs et Pelée, Louvre), Biagio d'Antonio (Jason et Médée, Paris, musée des Arts décoratifs), le Maître de Griselda (Londres, N. G.) et l'auteur anonyme des Histoires de Persée (aujourd'hui à Florence, palais Davanzati).

Parmi les " cassoni " peints à Sienne, on peut citer ceux de Liberale da Verona (Enlèvement d'Hélène, Avignon, Petit Palais), de Francesco di Giorgio, de Neroccio di Landi (Sujets romains, Raleigh, North Carolina Museum), de Cozzarelli (Ulysse, Écouen, musée de la Renaissance), du Maître de Stratonice (San Marino, musée d'Huntington) et de B. Fungai (musée de Houston, Texas).