En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

canon

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Règle fondée sur une observation rationnelle de la nature, mais révisée selon un système abstrait de rapports et de nombres (dépendant parfois de spéculations philosophiques), qui permet d'établir les proportions et les formes d'un type humain idéal.

La Grèce et Rome

À la différence du canon égyptien, qui nous est partiellement inconnu ou du moins difficile à préciser exactement, l'existence du canon grec n'est pas douteuse. Polyclète l'a fixé avec son Doryphore (avant lui, Phidias avait fait une tentative v. 450 av. J.-C. en créant sa Lemnia), établissant ainsi le modèle des types à venir. Le Doryphore, que les Grecs appelaient " Canon ", représentait un jeune athlète argien, de proportions plutôt larges et courtes (selon Quintilien). Le module de base n'est pas métrologique, mais réel ; il est fourni par la largeur du doigt. Multipliée par 4 cette largeur, ou dactyle, constituait la palme (largeur de la main). À partir de celle-là, toutes les dimensions étaient calculées selon de savants rapports, vérifiés dans la nature : on pouvait conclure des dimensions d'une partie à celle du tout, et réciproquement. Comme chez les Égyptiens, le canon grec n'est pas resté immuable : il s'est modifié au cours du temps, et cela dans le même sens que les ordres d'architecture, passant des formes robustes aux formes élancées. Amincissement des proportions du corps, stature plus haute, diminution du volume de la tête, tel a été le nouveau canon proposé par Lysippe. La tête, d'ailleurs, a été choisie pour servir de mesure proportionnelle. Elle est comprise 8 fois environ dans la hauteur du corps (canon de l'Apoxyoménos, copie conservée au Vatican, de l'Apollon du Belvédère et de l'Agias).

L'influence du canon de Lysippe et des nouvelles proportions a dépassé son époque. Les Romains l'adoptèrent, et Vitruve a fixé, comme mesure proportionnelle, le visage, compris 8 fois dans la hauteur du corps.

La Renaissance

Les invasions barbares effacèrent pendant des années toute idée de canon lysippien : les personnages des tympans romans mesurent parfois 12 ou 15 têtes. À la Renaissance, les règles de proportion dues à Vitruve (selon lui, la forme de la colonne et du temple devait être déduite de celle du corps humain) resurgirent. Le premier peut-être qui ait cherché à revenir à des règles fut Leon Battista Alberti (De re aedificatoria, 1485, et Della Statua). Pour Alberti, la longueur du pied est la sixième partie du corps humain. Léonard de Vinci et Albrecht Dürer montrèrent qu'il n'y avait pas une, mais plusieurs règles possibles (pour Dürer, il peut y avoir 7, 8 ou 9 têtes dans la hauteur du corps). L'idée de la beauté fondée sur les proportions du corps humain se complique pour les théoriciens et les peintres néo-platoniciens. Pour eux, on ne peut saisir le jeu des proportions du corps humain que si on en a une image intérieure : l'ordre naturel, la mesure et l'idée s'éclairent réciproquement. " On appelle arts les sciences qui ont recours aux mains ; ils doivent avant tout leur acuité et leur perfection à la puissance mathématique, c'est-à-dire à la faculté de compter, de mesurer et de peser, qui relève plus que toutes de Mercure et de la Raison, sans elle tous ces arts hésitent à la merci de l'illusion " (Marsile Ficin, 1492). En résumé, le canon résulte à la fois d'une subordination de l'esprit aux mathématiques et d'une expérience de l'harmonie du monde. Dieu, la nature et les mesures naturelles de l'homme concourent à en imposer l'exigence.

À l'époque maniériste, le pythagorisme encore objectif d'Alberti se transforme en un symbolisme et une psychologie. Lomazzo prône une esthétique de la grâce qui a pour conséquence une élongation des figures : les formes se courbent et n'opposent plus de résistance. " Il ne faut pas toujours se soumettre à la proportion naturelle, mais à la grâce de la figure. La proportion qui sera la plus belle, c'est celle-là qu'il faut suivre. " (Lomazzo, Trattato, 1538.) Aussi l'allongement des corps est-il un des modes d'expression favoris des peintres maniéristes et leur permet-il des effets raffinés ou surprenants : les œuvres de Pontormo ou de Parmesan, des peintres de Fontainebleau, de Spranger ou de Greco en témoignent assez.

Après la Renaissance

La référence aux canons antiques sera la règle dans l'enseignement académique du xviie au xixe s., le nombre de têtes compris dans la hauteur du corps variant de 7 à 8 selon les peintres. À l'époque néo-classique, on prône plus que jamais la stricte conformité aux modèles gréco-romains ; certains peintres, cependant (Guérin, Girodet), recherchent des effets rares et précieux de figures longues aux têtes petites. Ingres, de son côté, poursuit la qualité de la ligne en bouleversant au besoin tous les canons admis (Grande Odalisque, 1814 ; Bain turc, 1862). Actuellement, comme au début du Moyen Âge, les artistes jouissent d'une grande liberté, les formes éclatent et les canons n'ont plus guère de valeur.