En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

affichistes

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Nom d'abord donné à un groupe d'artistes français qui s'est manifesté à la première Biennale de Paris en 1959 : François Dufrêne, ancien participant du mouvement lettriste ; Raymond Hains, qui exposait une énorme palissade recouverte d'affiches et de manifestes lacérés ; Jacques de La Villeglé.

Hains et de La Villeglé avaient commencé à rassembler des affiches déchirées en 1949 ; ils exposaient en octobre 1957 chez Colette Allendy, et Dufrêne se joignit alors à eux. Leur travail était novateur à un double point de vue. Ils choisissaient comme matériau l'affiche " montrant ses dessous ", lacérée par des passants anonymes ; elle est ainsi détournée de sa fonction publicitaire primitive, et le choix qui en est fait attire l'attention sur son efficacité plastique et sémantique, révélée par les lacérations et les décollements d'" artistes involontaires ". Les vestiges d'affiches anciennes qui apparaissent évoquent une mémoire fragmentée d'informations naguère actuelles et rapidement réduites à des stéréotypes morts, que l'on exhume. Les affichistes renouvelaient d'autre part la conception du collage, en en renversant littéralement la signification. Le " dé-collage " allait devenir un des gestes essentiels de la génération de certains artistes des années 60.

À l'aube du Nouveau Réalisme, les affiches lacérées, parfois présentées telles qu'elles avaient été recueillies, parfois " aidées " (suivant le mot de Marcel Duchamp pour ses ready-made), relayaient aussi, par leur richesse de formes, de textures et de teintes, la peinture abstraite, arrivée à un moment critique.

En Italie, Mimo Rotella avait présenté des affiches lacérées à l'Art Club de Rome en 1954 et pris connaissance des travaux des Français en 1961. À Paris en 1954, Wolf Vostell pratique le " dé-collage " en 1958, s'attachant à poursuivre le " principe plastique de l'événement iconographique au contenu ambivalent et complexe " (Vostell), et l'infléchit vers le " happening ". Dufrêne, Hains, de La Villeglé, Rotella et Vostell se sont intégrés en 1960 au groupe des Nouveaux Réalistes. Leur production a fait l'objet d'une exposition à la galerie Jean Larcade en octobre 1976.