En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Wilhelmus Henricus Petrus de Zwart

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (La Haye 1862  – id. 1931).

Élève de l'Académie de La Haye (1876-1880), puis de Jacob Maris, il commence à travailler la céramique dans l'usine Rozenburg de La Haye (1880-1894). En 1889, il montre ses premières toiles à l'Exposition universelle de Paris, où il effectuera deux séjours, en 1891 et en 1900 (paysages parisiens comme la Porte Saint-Denis, La Haye, Musée municipal). Il participe à des expositions à Munich et à Chicago en 1892, séjourne à Amsterdam (1900-1905), et suscite l'intérêt du public hollandais par deux rétrospectives : en 1903 à Amsterdam, Kunsthandlung Van Wisselingh Co., et en 1908 à Rotterdam, Kunstkring. Ses paysages, scènes réalistes, natures mortes et marines à la touche nerveuse, exécutés dans une palette chaude, témoignent d'un sens aigu de l'observation (Paysage aux vaches, Rotterdam, B. V. B. ; la Neige au soleil couchant, Otterlo, Rijksmuseum Kröller-Müller ; Géraniums, Amsterdam, Musée municipal ; Bateau échoué, 1886, Arnhem, Gemeentemuseum). Ces mêmes qualités se retrouvent dans ses eaux-fortes et aquarelles (Maisons au bord de l'eau). À partir de 1914, il montre une prédilection pour des sujets symbolistes aux accents plus angoissés (Destruction de Sodome et Gomorrhe, la Chute de l'ange) et se met à décliner, atteint par la maladie. Ses œuvres figurent dans les musées des Pays-Bas : à La Haye (Musée municipal), Rotterdam (B. V. B.), Otterlo (Rijksmuseum Kröller-Müller), Amsterdam (Musée municipal), et au musée de Dordrecht.