En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Francesco Zuccarelli

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Pitigliano, Toscane, 1702  – Florence 1778).

Bien que né en Toscane, Zuccarelli appartient à l'école vénitienne puisqu'il travailla presque toute sa vie à Venise. Après avoir étudié la peinture d'histoire à Rome, chez Pietro Nelli, disciple de Pietro da Cortona, il poursuit ses études à Florence avec le peintre paysagiste Paolo Aresi et arrive à Venise en 1732. Vite célèbre, il est fréquemment appelé à Bergame pour des commandes ; puis, grâce à ses relations avec J. Smith, consul d'Angleterre à Venise, il part pour Londres, où il restera de 1752 à 1762 et, une seconde fois, de 1765 à 1771. Il fut en 1768 l'un des fondateurs de la Royal Academy. Comparés à ceux de Marco Ricci (qui dut l'influencer) et à ceux de Zaïs (qui le suivit), ses paysages révèlent un goût plus arcadique et idéalisant, une vision sereine et optimiste de la nature, interprétée sur le mode idyllique, avec un souci de la grâce qui se manifeste dans l'amabilité de ses sujets pastoraux. Surtout à la fin de sa vie, et peut-être sous l'influence de Canaletto, le peintre donne à ses mises en page une véritable ampleur spatiale. De son vivant même, Zuccarelli eut une célébrité immense, tant à Venise qu'en Angleterre, où le public apprécia ses œuvres. De son abondante production, citons : la belle série de toiles de l'Accademia de Venise, celle de l'Accademia Carrara de Bergame ; les paysages de la coll. Borromeo à Isola Bella ; deux Paysages de fantaisie (en collaboration avec Antonio Visentini pour les architectures) à Windsor Castle. L'artiste est bien représenté dans les musées anglais (à Glasgow, Londres, Oxford, Cambridge), mais une partie de ses œuvres appartiennent encore à des coll. part.