En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Johann Zoffany

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre d'origine allemande actif en Grande-Bretagne (Francfort v.  1735  – Londres 1810).

Élève de Martin Speer à Ratisbonne, il compléta sa formation à Rome chez Agostino Masucci et chez Mengs pendant sept ans environ ; en 1760, il travaillait avec Januarius Zick à la décoration du palais de Trèves, et en 1761 il arriva à Londres. Il découvrit outre-Manche une peinture qui s'inspirait du théâtre et rencontra l'acteur David Garrick, que lui présenta Benjamin Wilson ; il vécut chez Garrick en 1762, et le représenta dans le Retour du fermier (1762, Lambton Castle, coll. part.). Ce fut le début d'une série de Conversation Pieces inspirées du théâtre, dont l'origine se trouve chez Hogarth (Garrick dans le rôle de Richard III, Liverpool, Walker Art Gal.), série qu'il peignit jusqu'en 1770 à l'intention du célèbre acteur, qui, soucieux de sa propre publicité, avait instauré ce genre : David Garrick (Londres, Garrick Club ; Dublin, N. G.), Garrick dans le rôle d'Abel Drugger (Oxford, Ashmolean Museum ; autre version à Castle Howard). Zoffany exécuta également des œuvres de fantaisie et quelques portraits grandeur nature. Vers 1765, il bénéficia des faveurs de George III et représenta de nombreuses fois la famille royale : le Prince de Galles et le prince Frédéric en Cupidon (1765), la Reine Charlotte et deux de ses enfants (1766), George III et la famille royale (1766), Windsor Castle et Londres, Buckingham Palace), la Reine Charlotte, le prince de Galles et le duc d'York (Londres, N. P. G.), la Princesse Amélie d'Angleterre (Detroit, Inst. of Arts). Devenu membre de la Royal Academy en 1769, il y exposait en 1772 la Classe d'anatomie à la Royal Academy (Windsor Castle), immédiatement achetée par George III. Il partit pour Florence en 1773, y exécuta la Tribune des Offices (achevée en 1776, id.) et revint en Angleterre, après un détour par Vienne en 1779. C'est à cette époque, alors que les Conversation Pieces commençaient à se démoder, qu'il donna son chef-d'œuvre : Charles Towneley et ses amis dans Park Street Gallery, Westminster (v. 1782, Burnley, Towneley Hall Mus. and Art Gal.). Il visita ensuite les Indes de 1783 à 1789 : Warren Hastings et sa femme (Calcutta, Victoria Memorial Hall). Outre la peinture d'inspiration théâtrale, dont il reste l'un des plus brillants illustrateurs, il fit apprécier à la famille royale les Conversation Pieces, qui n'étaient jusque-là prisées que de la classe moyenne. Ainsi ses tableaux exécutés pour George III contribuèrent-ils à introduire la libre représentation de groupes familiaux dans la clientèle aristocratique. Outre l'importante série conservée dans les coll. royales, à laquelle il faut ajouter le Portrait de John Cuff et de son assistant (1772), Zoffany est représenté à Londres, à la N. P. G. : Autoportrait (1760) ; autres versions : aux Offices ; à Cortone, Accad. Etrusca ; au musée de Würzburg), le Major Palmer et sa famille, le Comte J. Montagu, Sir E. Impey, le Baron Mulgrave ; à la N. G. : la famille Brashaw, Mrs. Oswald ; à la Tate Gal. : Stephen Rimbault (1764), Charles Macklin dans le rôle de Shylock (1762-1768 ; autre version à Dublin, N. G.). L'artiste est également représenté à Oxford (Ashmolean Museum) : le Capitaine Hall, Esquisse pour le portrait du capitaine Hall ; à Glasgow (Art Gal.) : le Menuet ; à Greenwich (National Maritime Museum) : la Mort du capitaine Cook (entre 1789 et 1797) ; à Paris (Louvre) : le Révérend Burroughes et son fils (1769) ; à Boston (M. F. A.) : Henry Perkins Weston et sa famille, ainsi qu'au musée de Kansas City : Famille dans un parc.