En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Zen 49

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Après douze années de politique culturelle nazie, le groupe Zen 49 apparaît comme le premier réveil de la peinture allemande vers la voie de l'abstraction. Depuis 1947, un groupe de peintres, de critiques et d'intellectuels se réunissait à Munich pour discuter de peinture, mais également de la renaissance culturelle et de la démocratie. Dans le but d'" ouvrir la voie à une nouvelle création artistique ", cela à travers la peinture abstraite vue comme un langage universel représentant l'idéal des libertés intellectuelles en opposition au réalisme socialiste, un cercle d'artistes et de critiques d'art se réunit le 19 juillet 1949 dans la galerie munichoise Otto Stangl. Les peintres Willi Baumeister, Fritz Winter, Rupprecht Geiger, Gerhard Fietz, Rolf Cavael, Willi Hempel, la femme sculpteur Brigitte Meier-Denninghoff, Franz Roh, professeur d'art moderne à l'université de Munich, Ludwig Grote, historien d'art, et John Antony Thwaites, consul de Grande-Bretagne, s'unissant sous le nom de Zen 49, décident de diffuser l'art abstrait au moyen d'expositions, de publications et de conférences. À la première exposition du groupe le 4 avril 1950 au Central Art Collecting Point de Munich, qui, ensuite, parcourt l'Allemagne, succéderont des expositions en 1951 et 1953 ; en 1955, celle de la Städtische Galerie im Lenbachhaus de Munich verra la participation d'artistes comme Hans Hartung ou Wilhelm Nay. Des expositions rétrospectives se sont déroulées à Baden-Baden, Kunsthalle en 1986, et au centre d'art de Saint-Priest en 1989.