En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Fernando Zóbel

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Manille, Philippines, 1924  – Rome 1984).

Après une étape figurative d'un Expressionnisme humoristique, sa peinture devient abstraite v. 1955. Influencé par la calligraphie orientale, son style se simplifie ensuite pour aboutir en 1960 à des signes noirs tracés sur un fond blanc. Zóbel revient progressivement à la réalité, et ses tableaux commencent à évoquer des valeurs spatiales et luministes. En 1965 s'effectue un retour à une gamme de couleurs plus ample, puis le peintre adopte une palette composée d'ocres, de verts, de gris, de roses, de jaunes et de marron. La lumière, le dessin, l'espace sont les éléments essentiels de cette peinture, qui se situe dans la tendance lyrique de la peinture espagnole, l'expérience informelle une fois assimilée. Après 1980, les œuvres de plus en plus épurées de Zóbel manifestent l'intérêt renouvelé de l'artiste par le vide dans la peinture orientale.

Zóbel fut d'autre part fondateur et directeur du musée d'Art abstrait espagnol de Cuenca, installé dans les fameuses " Casas colgadas " (maisons perchées) de la ville. Ces édifices traditionnels ont été modifiés et réorganisés pour conserver les œuvres des meilleurs peintres espagnols contemporains.

La remarquable harmonie entre l'espace architectural et les œuvres abstraites que contient le musée est un exemple de restauration et d'utilisation intelligente d'un édifice ancien. Zóbel est représenté également au M.E.A.C. et à la Fondation March de Madrid, au Fogg Art Museum de Cambridge (Mass.) et au musée de Bilbao.