En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Frans Wouters

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre flamand (Lierre 1612  –Anvers 1659).

Entré comme élève dans l'atelier du paysagiste Pieter Van Avont en 1629, il collabora avec ce peintre jusqu'à la mort de son père, en 1634. Il rompit alors le contrat qui avait été conclu avec son maître pour passer dans l'illustre atelier de Rubens. En cette même année, il devint franc maître de la gilde des peintres à Anvers. Il participa en 1635, sous la direction de Rubens, à la décoration de la ville d'Anvers lors de l'entrée triomphale du Cardinal-Infant Ferdinand d'Autriche. En 1636, il fut à la cour de Ferdinand II à Vienne, d'où il partit pour Londres en compagnie d'un envoyé de l'empereur. L'année suivante, il devint le peintre du prince de Galles, le futur Charles II. En Angleterre, Wouters eut sans doute l'occasion de rencontrer son compatriote Van Dyck. Il retourna en 1641 à Anvers, où il collabora de nouveau avec P. Van Avont et où il se produisit également dans le marché d'art. Son mariage avec Maria Doncker, fille du trésorier de la ville d'Anvers, en 1644, lui procura une fortune assez considérable. En 1648, il devint doyen de la gilde de Saint-Luc. Il mourut accidentellement, tué par un coup de pistolet.

Ses compositions religieuses et mythologiques, conçues dans des paysages d'une exécution large et décorative, ne sont généralement pas datées, ce qui rend difficile l'étude de son évolution. Le plus souvent, Wouters s'est adapté au style du maître, avec qui, ou dans l'entourage duquel, il travaillait. Au début, il est influencé par Pieter Van Avont (Sainte Famille, Vienne, K. M.). Pendant et après son séjour en Angleterre, il se rapproche de Van Dyck (Danse des amours, Hampton Court). Après son retour à Anvers, il s'inspire des scènes et des paysages de Rubens (Diane et Callisto, Kremsier, château du prince-évêque). De 1650 à sa mort, sa facture devient lisse et plus soignée ; son coloris rappelle alors celui d'Adriaen Van der Werff (Vénus et Adonis, Copenhague, S. M. f. K.). Dans certains tableaux, Wouters a été directement influencé par la peinture italienne du xvie s. (l'Enlèvement d'Europe, musée de Gotha). Ses œuvres sont souvent confondues avec celles de Gerard Seghers, bien qu'elles soient très différentes de style et d'exécution.