En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Wolfgang Schulze, dit Wols

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Berlin  1913  – Paris  1951).

Élevé à Dresde, où il reçut une formation de violoniste et de photographe, il fut également l'élève de l'ethnologue Frobenius et passa en 1932 quelques jours au Bauhaus de Dessau avant de regagner Paris et d'y entrer en contact avec les milieux surréalistes. En 1932, il commence à exécuter ses dessins à l'encre de Chine et à l'aquarelle (Montagne érotique, Paris, coll. part.). Entre 1933 et 1935, il voyage et séjourne notamment à Barcelone et Ibiza, d'où les phalangistes l'expulsent. À la déclaration de guerre, il est interné comme citoyen allemand, puis libéré en 1940. Il se réfugie alors dans le midi de la France (Cassis, Dieulefit) et ne revient à Paris qu'en 1945. À partir de 1946, sans abandonner l'aquarelle, il pratique davantage la peinture et expose en 1947 chez René Drouin.

Inventeur du Tachisme, Wols constitue en quelque sorte le pôle européen du mouvement incarné, outre-Atlantique, par Jackson Pollock. Cependant, son œuvre, accomplie dans une profonde détresse morale et physique, demeure celle d'un solitaire en dehors de tout circuit esthétique ou commercial. Aux alentours de 1940, Wols peint surtout des aquarelles, aux accents surréalistes. Il crée des espaces aérés où se déploient des scènes de rêves, où s'imposent des réalités oniriques. La légèreté aérienne de ces œuvres rappelle l'art de Klee par la sûreté du trait et le goût des notations précises, fouillées (Sorcières en marche, v. 1945 ; Autoportrait). Situé à la jonction de l'Expressionnisme et du Surréalisme, l'art de Wols apparaît comme une écriture serrée et précise, réseaux denses et touffus de lignes et de formes rigoureuses sur des fonds, en général aquarellés, de couleurs pâles et impalpables où dominent les roses, les bleus, les jaunes (la Ville magique, v. 1951). Par sa singularité et sa démarche profondément existentielle, et malgré son volume restreint, cette œuvre prend dans l'art d'après-guerre une place majeure dont témoigne son influence sur le développement ultérieur de l'Abstraction lyrique. Wols, qui est également l'auteur de poèmes d'inspiration mystique extrême-orientale s'est illustré également comme photographe. Il est représenté dans les musées allemands (Hambourg, Cologne, Munich, Stuttgart), à Paris (M. N. A. M. et M. A. M. de la Ville), au musée de Lyon et à New York (M. O. M. A.).