En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Fritz Winter

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre allemand (Altenbögge, près de Dortmund, Westphalie, 1905  – Herrsching, Ammersee, 1976).

D'abord apprenti électricien à Ahlen, puis mineur, il commence à dessiner et à peindre en 1924. Étudiant au Bauhaus à partir de 1927, il suit en 1928 les cours de Kandinsky, Klee et Schlemmer. Il pratique alors une figuration graphique inspirée de Klee (Jeune Fille dans les fleurs, 1928). Il obtient le diplôme du Bauhaus en 1930, travaille dans l'atelier de Naum Gabo et fait la même année sa première exposition personnelle à Berlin. Les compositions abstraites de cette période, proches de celles de Kandinsky ou de Klee, se distinguent par leur coloris sombre (Schwebend, 1931), caractéristique du style de Winter. En 1932, il voyage en Italie (Milan, Florence, Bologne) et entreprend à son retour la série des Sternbilder (" Constellations "). Il s'installe à Munich-Allach en 1933 et puis à Diessen am Ammersee en 1935. Jusqu'en 1939, ses réalisations abstraites sont très variées, inspirées par les phénomènes naturels (terre, lumière, forces cosmiques : Reflets K 34, 1934), et elles annoncent souvent le " paysagisme abstrait " de l'après-guerre. La carrière de Winter est pratiquement interrompue de 1939 à 1949 (appelé sous les armes et prisonnier de guerre en Russie, période au cours de laquelle il parvient à réaliser de petits dessins abstraits). De retour à Diessen en 1949, Winter est cofondateur de Zen 49 à Munich avec E. W. Nay. Il rencontre l'année suivante Hartung et Soulages à Paris. Son expression abstraite, participant de l'influence extrême-orientale qui s'est exercée alors en Europe comme aux États-Unis, accorde une grande place aux signes dynamiques, sombres ou colorés, tracés de réseaux graphiques sur des fonds vierges ou légèrement teintés (Kreisend, 1953, Essen, Folkwang Museum). Après 1959, il est revenu à un art où le souci de rigueur et d'invention propre au Bauhaus est toujours sensible (Weite Horizontalen, 1964, musée de Kassel ; Avant le bleu, 1967) et où la couleur détermine l'espace du tableau. À partir de 1955, il fut professeur à l'École supérieure des beaux-arts de Kassel. Winter est représenté dans la plupart des musées allemands, notamment à Kassel, Essen, Stuttgart, Mannheim, Munich (Neue Staatsgal.), Hambourg, Münster, Sarrebruck. En 1973, une exposition rétrospective a eu lieu au musée d'Art et Histoire de Fribourg.