En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mattheus Johannus Marie Wiegman

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Zwolle 1886  – Bergen 1971).

D'abord peintre en bâtiment à Alkmaar, il fréquenta ensuite l'Académie des beaux-arts d'Amsterdam de 1905 à 1909. Il séjourna en France (Fleury-en-Bière, Pont-Aven, Méditerranée et Paris), en Espagne et en Italie, et passa dix ans de sa vie à Bergen, dont il fit partie de l'école ainsi que son frère Piet. Dans une de ses premières œuvres, la Prédication de saint Willibrod (1916, La Haye, coll. Dr P. Rijkens), on voit apparaître, dans une conception profondément catholique, sa tendance à simplifier les formes et son penchant pour un coloris romantique. L'influence de Cézanne et de Gauguin s'y manifeste déjà et se confirmera tout en admettant des éléments expressionnistes. Wiegman a exécuté des vitraux et peintures murales dans des églises et édifices publics : à Fleury-en-Bière (chapelle), à Amsterdam (église Rosenkrans 1927-1935), à Alkmaar (église Don Bosco). Ses toiles représentent surtout des scènes bibliques, des portraits, des paysages et des natures mortes : l'Adoration des bergers (1924), Paysage d'hiver, Bergen (La Haye, Gemeentemuseum) ; la Cène, Portrait de A. Roland Holst (Amsterdam, Stedelijk Museum) ; le Bois Oude Hof à Bergen (Haarlem, musée Frans Hals). Son œuvre a fait l'objet d'une rétrospective à l'Académie des Beaux-Arts d'Amsterdam en 1966.

Son frère Petrus Cornelis Constant, dit Piet (Zwolle 1885 – Groet 1963) , fut autodidacte en peinture. Il travailla à Rotterdam jusqu'en 1901, puis à Amsterdam, à Schoorl, à Thorn et à Groet. Marqué par une jeunesse difficile, il mena une vie retirée et humble. Piet Wiegman exprime surtout la psychologie et la vie sociale de ses concitoyens, particulièrement de ceux qui souffrent. Il utilise des gris et des bruns très nuancés et des formes moins schématiques que celles de son frère (Paysanne assise, 1915, La Haye, Gemeentemuseum ; la Sablière, 1909, Amsterdam, Stedelijk Museum). L'artiste fit un séjour en Allemagne, où il se consacra à la céramique, dont il devint spécialiste.