En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Henry Wallis

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre britannique (Londres 1830 Croydon 1916).

Il étudia à Londres, notamment à la Royal Academy, à partir de 1848 puis, peu de temps après, à Paris, aux Beaux-Arts et à l'atelier de C. Gleyre. Il commença à exposer en 1853, montrant dans ses toiles un souci minutieux d'exactitude et de vraisemblance qui le rapproche des préoccupations exprimées au même moment par les préraphaélites (l'Atelier du sculpteur, Stratford on Avon, 1617, 1857, Stratford on Avon, Royal Shakespeare Theatre). Mais, bien qu'étant l'auteur de deux des peintures les plus célèbres associées au mouvement — Chatterton (1855-56, Londres, Tate Gal.), bien accueilli par le public et la critique à l'exposition de la Royal Academy, et le Casseur de pierres (1857, Birmingham Museum and Art Gal.), loué par Ruskin —, il n'en fit pas réellement partie (seul A. Hughes semble avoir été de ses intimes). La rupture fut d'ailleurs totale lorsqu'il enleva en 1858 la femme de G. Meredith (qui avait posé pour le Chatterton), avec laquelle il vécut désormais. Mis au ban de la société, il voyagea en Italie et en Égypte (il devint, par ses nombreuses publications, une autorité en matière de céramiques moyen-orientales) et se tourna alors vers le paysage. On connaît peu son œuvre, même s'il exposa à la Royal Academy jusqu'en 1877 et, par la suite, à la Old Water-Colour Society, dont il était associé depuis 1878 et dont il fut membre en 1880.