En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Edgard Tytgat

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et graveur belge (Bruxelles 1879 – Woluwe-Saint-Lambert 1957).

Il reçoit d’abord une formation de lithographe dans l’atelier paternel (1895), puis étudie à l’Académie des beaux-arts de Bruxelles (1897). À Watermael, de 1907 à 1914, il se lie avec Rik Wouters et grave ses premiers bois (le Lendemain de la Saint-Nicolas, 1913), dans le style narratif d’une poésie naïve qui restera celui de presque toute son œuvre.

Il réside à Londres pendant la guerre (1914-1919) et édite plusieurs albums de gravures (Quelques images de la vie d’un artiste, 1917, en hommage à Rik Wouters ; Carrousels et baraques, 1919). Ses tableaux sont alors peints dans une gamme claire, une touche légère, héritées de l’impressionnisme (Ma chambre-atelier, 1922). De retour en Belgique (1920), Tytgat se fixe à Woluwé-Saint-Lambert en 1924 et, sous l’influence de l’expressionnisme flamand, simplifie son dessin et réduit sa palette aux tons de bruns et d’ocres.

Ses thèmes favoris lui sont inspirés par les diverses situations du couple (peintre et modèle, amant et maîtresse), les aspects de la vie quotidienne, dominicale de préférence, les épisodes historiques, qu’il met en scène avec une candeur humoristique fort personnelle (Dimanche matin à la campagne, 1928, l’Esquisse, 1929, musée d’Anvers). Après 1930, son art devient plus anecdotique, et le plus original de son œuvre réside dans les illustrations et les textes qu’il invente et commente lui-même (Huit Dames et un monastère, 1947). À partir de 1949, l’artiste peint des scènes mythologiques, où des jeunes femmes dénudées et lascives sont soumises à divers supplices (Du mal à la charité, 1953, coll. M. Baudoux), et manifeste ainsi un bien curieux érotisme sous l’alacrité apparente du récit. On lui doit également un Chemin de croix (1955) peint pour l’église de Gaasbeek. Edgard Tytgat est assez bien représenté dans les musées belges, ainsi qu’au musée de Grenoble (Tytgat et les figures de cire).