En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Alessandro Tiarini

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Bologne 1577 – id. 1668).

Il se forma à la culture maniériste bolonaise dans l’entourage de Bartolomeo Cesi. En passant à Florence en 1599, il se trouva parmi les épigones de la grande tradition maniériste locale, tout en continuant à peindre dans une manière abstraite et agitée, employant des couleurs souvent froides et claires.

De retour à Bologne (1607), il s’intègre pourtant tout naturellement au groupe des suiveurs des Carrache, élargissant sa propre culture et accueillant les nouvelles conceptions naturalistes. Rapidement, il assombrit sa palette et la rend plus dense ; ses effets « ténébristes » atteignent parfois à une authentique expression dramatique. Son énergie créatrice s’épuisa assez vite ; mais nombre de ses œuvres exécutées au cours du premier quart du xviie s. (à Bologne, à Reggio) restent parmi les réussites les plus significatives de la tradition picturale amorcée à Bologne par les Carrache.

Parmi ses œuvres les plus importantes, il faut citer des cycles de fresques à la chapelle S. Carlo, à S. Michele in Bosco de Bologne (1614), à S. Maria della Ghiara de Reggio Emilia et à S. Alessandro de Parme, de grandes compositions religieuses (Bologne, P. N. ; églises bolonaises des Servi, de S. Domenico, de S. Martino, de S. Salvatore ; Offices ; Brera ; Louvre ; Modène, Pin. Estense ; églises S. Giovanni et SS. Pietro e Prospero à Reggio) et de petits tableaux à sujets religieux (Adoration des bergers, Florence, Pitti ; le Christ au jardin des Oliviers, Padoue, Museo Civico).