En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Antonio Segui

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre argentin (Córdoba 1934).

Il commence des études artistiques et juridiques, part pour l'Europe en 1952, visite l'Italie, la Suisse, puis l'Afrique du Nord, et poursuit ses études de peinture en France et en Espagne, retourne en Amérique du Sud de 1957 à 1961, avant de se fixer en France en 1963. Révélé au public français lors de sa participation à la Biennale de Paris, il s'est depuis maintes fois manifesté, tant sur le continent américain qu'en Europe. Dans la tradition espagnole, son art a d'abord été marqué par un caractère d'anxiété, une truculence pathétique, un aspect caricatural que n'altère pas une technique classique, se plaisant un moment à retrouver le climat des œuvres anciennes : Felicitas Estado n° 12 (1962). L'introduction de sigles, de signes et de lettres s'accompagne bientôt du découpage de la surface et de l'éclaircissement de la palette. Des expositions à Paris à la gal. Claude Bernard et à la gal. Jeanne Bucher, des participations à des manifestations de caractère international (Biennale de Venise, 1964 ; Pittsburgh International, 1964), ont permis de suivre une évolution qui a conduit l'artiste à abandonner la peinture de chevalet pour aborder la fragmentation de la surface, puis les 3 dimensions du théâtre de marionnettes.

Segui a pratiqué le fusain et le pastel sur toile, livrant en 1972-73 la série des Éléphants et en 1977 un ensemble de paysages désolés et rigides où se fait sentir l'absence de toute vie. Il installe volontiers ses figures dans des sites urbanisés, où elles évoluent, anonymes, et bien souvent interchangeables (Cuando Volvi de Brasil, 1984).