En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Bartolomé Román

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Montóro, prov. de Cordoue, v. 1590  – ? 1647).

Reconnu par ses contemporains comme l'un des meilleurs peintres madrilènes de la première moitié du xviie s., il semble avoir vécu un peu à l'écart, ne cherchant ni la clientèle ni les honneurs, et sa production fut relativement peu abondante. Disciple de V. Carducho, d'abord influencé par le Maniérisme italianisant de l'Escorial — encore sensible dans son Miracle de la Portioncule à la cathédrale d'Ávila —, il semble avoir subi par la suite l'influence des Vénitiens et peut-être celle de Velázquez. S'inspirant de gravures (Repos pendant la fuite en Egypte, Madrid, fondation Santa Marca), il a travaillé surtout pour les couvents madrilènes, représentant de grandes figures processionnelles, nobles et sereines : saints bénédictins et portraits de religieux (le Vénérable Béda du Prado, Saint Gilles du conseil d'État) ; Archange pour les Descalzas Reales et la Encarnación ; et, dans la sacristie de la Encarnación, son chef-d'œuvre, la Parabole des noces (1628), opulent de couleur, solennel et rythmique dans la composition. Il eut de nombreux élèves, parmi lesquels Carreño de Miranda.