En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mario Radice

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Côme 1900  – id. 1987).

Il se trouve à Vienne, Paris et Varsovie entre 1918 et 1920. Il a des contacts avec des artistes du Second Futurisme et reste lié avec ses amis d'enfance, Manlio Rho et Giuseppe Terragni. Son œuvre, à ce moment, reste figurative. À partir de 1930, il se consacre exclusivement à la peinture et il devient abstrait. Ses œuvres sont influencées par le Néo-Plasticisme et sont fondées sur des compositions orthogonales usant d'un jeu de valeur très rapprochée. De 1930 à 1932, il voyage entre Paris, Cologne, Düsseldorf et Bâle, entre en contact avec Fernand Léger dont il suivra l'enseignement à l'Académie moderne. En 1932, il participe à la composition du groupe Quadrante, qui sera bientôt suivi d'une revue en 1933, dirigée par Massimo Bontempelli et qui s'occupe d'architecture et d'art moderne. Son œuvre comporte à ce moment des recherches assez radicales (Composition B.T.3, 1934-1935) qui montrent une imbrication de surfaces assez proches des recherches effectuées peu de temps auparavant par les artistes unistes polonais. En 1933, il est chargé par l'architecte Giuseppe Terragni des décorations murales intérieures de la Casa del Poppolo qu'il vient de construire à Côme. En 1935, Radice participe à la création du groupe de Côme qui comprend les architectes Terragni, Pietro Lingero, Alberto Sartoris et Cesare Cattaneo. Il réalise de nombreuses œuvres monumentales, en particulier la Fontaine de Camerlatta, qui est installée au centre d'une place de la ville de Côme (1934-1936). À partir de 1940, son art devient moins rigoureux et il abandonne les compositions orthogonales. En 1946, il participe à la fondation du M. A. C. (Movimento Arte Concreta) à Milan. Il sera, par la suite, chargé de nombreuses décorations monumentales intégrées à l'architecture. À cette époque, ses œuvres jouent librement de formes géométriques disposées dans le plan. En 1979, une exposition personnelle lui est consacrée à la Biennale de Venise. Une rétrospective fut organisée en 1982 à Lugano et une exposition en 1985 à Rome. Ses œuvres sont conservées dans de nombreux musées et collections italiennes.