En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Josip Račić

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre croate (Horvati, près Zagreb, 1885  – Paris 1908).

Lithographe de métier, il part en 1904 pour Munich et commence à peindre chez Anton Ažbé, puis à l'Académie des beaux-arts, chez Herterich et Habermann. Les croquis et esquisses qu'il exécute dans les musées le montrent admirateur de Frans Hals, de Velázquez et surtout de Manet. Račić peint ses premiers portraits en 1906 et 1908 au cours de vacances dans sa ville natale : l'Oncle, Zagreb, G. A. M. ; Vieillard au gilet rouge, id. ; Portrait de la sœur de l'artiste, id. ; Mère et enfant (1908, id.). On décèle, dans ces œuvres, l'abandon de la convention académique et une tendance à la peinture pure et à la traduction de la forme par la couleur. En 1908, enthousiasmé par la peinture claire qu'il vient de découvrir, Račić se rend à Paris, où, après quatre mois de travail et de misère, il se suicide dans un petit hôtel de la rue de l'Abbé-Grégoire. Pendant ce bref séjour, il avait copié Goya et Manet, exécuté un grand nombre d'excellents dessins et d'aquarelles et peint ses meilleurs tableaux : Pont des arts (1908) ; Autoportrait (1908, Zagreb, G. A. M.) ; Place de l'Étoile.

Coloriste sensible, il conçoit la lumière à la façon des impressionnistes, comme en témoignent surtout ses œuvres exécutées à Paris, dont l'importance est capitale pour la peinture yougoslave, et qui sont au point de départ de l'art moderne en Croatie.