En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Pietro Novelli

dit il Monrealese

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Monreale, Sicile, 1603  – Palerme 1647).

Il est le meilleur peintre sicilien du xviie s., il se rapproche ensuite de l'intense luminisme de Caravage. Quand il se rend à Palerme, il atteint sa pleine maturité artistique grâce à l'ascendant que prend sur son art l'exemple de Van Dyck, qui a fait un bref séjour à Palerme en 1624 et a envoyé, en 1628, sa Madone au rosaire. Il peint au cours de cette période notamment la Pentecôte et l'Annonciation (Palerme, G. N.), dont la vibrante modulation du chromatisme dérive directement de Van Dyck. À Naples, vers 1633, ayant importé les modes du maître flamand, il détermine un tournant décisif dans l'évolution de la peinture locale, influençant même Ribera, dont il se rapproche dans certaines œuvres de cette période. De retour en Sicile, après avoir également connu les disciples des Carrache et de Caravage à Rome, il peint de nombreuses toiles où les expériences napolitaines et romaines se fondent d'une manière originale (Vatican de saint Matthieu, Leonforte, église des Capucins ; Assomption, Raguse ; Saint Benoît distribuant les pains, monastère de Monreale).