En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

école de Norwich

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

L'école de Norwich (Grande-Bretagne, comté de Norfolk) constitue un exemple unique d'école provinciale dans l'histoire de l'art anglais moderne. Elle fut plus qu'une réunion assez vague de paysagistes travaillant dans l'East Anglia pendant le premier tiers du xixe s., et ses membres eurent toujours le sentiment précis d'appartenir à une " école " existant comme telle, même s'ils ne se fixèrent pas des objectifs clairement définis, qui permettraient de leur appliquer l'étiquette de " mouvement ".

Le noyau de cette école fut la Norwich Society of Artists, créée en 1803 " pour procéder à un examen de l'origine, de l'évolution et de l'état actuel de la peinture, de l'architecture et de la sculpture dans le dessein d'en dégager les meilleures méthodes d'étude et d'obtenir dans ces arts une plus grande perfection ". Ainsi, de 1805 à 1833, la société organisa chaque année ou presque une exposition des œuvres des artistes de Norwich. Les membres se réunissaient tous les quinze jours, jugeant dessins et gravures, puis écoutant une communication, suivie d'une discussion. Pour appartenir à la société, ils devaient fournir une preuve de leur talent et obtenir une majorité des trois quarts (le même quorum était requis pour l'élection du président, renouvelable chaque année). Leur nombre annuel ne dépassa jamais vingt-quatre, bien que par ailleurs, la société s'augmentât d'un nombre toujours croissant de membres honoraires.

L'école de Norwich réunit essentiellement des paysagistes, et cette orientation est due, dans une large mesure, à la géographie même de l'East Anglia — landes marécageuses et plates s'étendant sous de vastes ciels —, qui rappelle d'assez près la Hollande. D'étroites et commodes relations commerciales entre ce pays et l'East Anglia avaient d'ailleurs eu pour résultat d'introduire dans les collections anglaises des peintures néerlandaises, et tout particulièrement des paysages du xviie s. Aussi, la principale influence subie par l'école de Norwich provient-elle indiscutablement d'œuvres d'artistes comme Hobbema, Wynants et Jacob Ruisdael.

L'école était établie dans la ville de Norwich, qui, jusqu'au xviiie s., fut le troisième centre urbain d'Angleterre, indépendant de la capitale, à la fois géographiquement et spirituellement : ce sens d'une individualité marquée se retrouve chez les artistes de l'école, étrangers au principal courant artistique issu de la Royal Academy de Londres ; les critiques de Reynolds à l'encontre des peintres néerlandais et de leur goût pour une nature " commune " ou " moyenne " perçaient encore, en ce début du xixe s., dans cette orientation officielle, hostile au paysage naturel en tant que genre noble. La Norwich Society n'en parvint pas moins à réunir plus de 700 exposants et à s'assurer un réel prestige à l'échelle nationale en comptant, parmi ses 29 membres honoraires, sir John Soane, Benjamin Robert Haydon et sir Martin Archer Shee, président de la Royal Academy.

C'est par rapport aux deux tempéraments artistiques les plus puissants de l'école de Norwich — John Crome et John Sell Cotman — qu'il convient de situer les personnalités moindres du groupe. Parmi les suiveurs de Crome figurent trois de ses fils, John Berney, Frederick et William Henry ainsi que Robert Ladbrooke, qui, au début de sa carrière, partagea un atelier avec John Crome, James Stark, élève de Crome en 1811, et George Vincent. À la suite de Cotman, on peut compter son fils, Miles Edmund, et son beau-frère, John Thirtle, qui exerçait la profession d'encadreur.

Crome fit son apprentissage chez un peintre d'enseignes et de carrosses, et garda de cette formation une technique large et appuyée. Avant de s'installer comme professeur de dessin, il rendit sans doute plusieurs visites à William Beechey dans son atelier londonien. Il fut certainement protégé par Thomas Harvey of Catton, collectionneur de Norwich et amateur éclairé de peintures anglaises et hollandaises, qui possédait notamment la Cottage Door de Gainsborough, dont Crome exécuta une copie, plusieurs œuvres de Richard Wilson et une de Hobbema, le peintre préféré de Crome, dont l'influence est manifeste dans des tableaux tels que The Poringland Oak (1818-1820, Londres, Tate Gal.). Les tableaux nocturnes de Crome, comme Moonrise on the Yare (v. 1811-1815, id.), empruntent aussi bien à l'art d'Aert Van der Neer qu'à celui de Rembrandt. Les paysages se caractérisent par un réalisme ennemi de toute novation spectaculaire — ce qui peut les rapprocher de ceux de Constable — ainsi que par une spontanéité et une intensité propres, en ce début du xxe s. anglais, à un sentiment romantique de la nature, saisie dans sa plus élémentaire quotidienneté. Mais ce qui fait de Crome le plus grand artiste de la Norwich School, c'est son traitement de la matière picturale, dont la texture s'apparente à celle d'un marbre rugueux, son talent de dessinateur et les contrastes qu'il ménage entre zones d'ombre et zones éclairées. Sa vie et son œuvre ont eu valeur exemplaire pour la plupart des peintres de l'école.

Aidé comme d'autres jeunes artistes par le docteur Munro, Cotman fut introduit par ce dernier auprès de Turner et de Girtin. Dès 1805 env., il avait acquis un style personnel qui accusait la bidimensionnalité de toute surface peinte, en disposant soigneusement des aires de couleur mate pure. Très éloigné du naturalisme de Crome, ce style d'aquarelle est bien caractérisé par Greta Bridge (1807, British Museum). Cotman s'efforça d'allier l'huile à l'aquarelle en utilisant ce dernier médium sur une mince couche de colle humide de façon à rendre, comme dans Postwick Grove (v. 1825, id. ), les effets de matière du pinceau ; réciproquement, dans ses peintures à l'huile, tel The Dropgate (1812, Londres, Tate Gal.), on retrouve les mêmes " zones réservées " que dans ses aquarelles. Cotman fit plusieurs voyages d'où il rapporta mainte esquisse, d'abord en Angleterre, puis en France. Encouragé par son " patron " Dawson Turner, il se prit d'un vif intérêt pour les vestiges de l'architecture locale et entreprit de publier plusieurs recueils de gravures d'Antiquités architecturales, de Normandie et d'Angleterre.

En raison de son unité et de son style aisément reconnaissable, l'école de Norwich appelle un parallèle intéressant avec l'école de paysage française, plus tardive, qui s'installera à Barbizon. Ce sens d'une individualité provinciale fut renforcé par le fonds commun d'expériences, d'influences et d'objectifs que possédaient ces artistes — aucun, hormis Crome et Cotman, ne se distinguant, par ailleurs, par une vigoureuse originalité.