En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Karl Nordström

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre suédois (Tjöm, Bohuslän, 1855  – Stockholm 1923).

Après des études à l'Académie des beaux-arts de Stockholm, il vint à Paris en 1880. Avec Josephson et Bergh, il s'oppose au conformisme de l'Académie suédoise des beaux-arts. En 1882 et de 1884 à 1886, il séjourne en France à Grez-sur-Loing au sein de la petite colonie suédoise où il se lie avec Srnöberg, et pratique une peinture de plein air dans des tonalités blondes. Il est l'un des premiers peintres suédois à découvrir l'Impressionnisme, dont la leçon est sensible dans Jardin à Grez (1884, musée de Göteborg), dans le portrait de l'écrivain d'art Klas Fåhraeus (1886, Stockholm, coll. part.) ainsi que dans quelques toiles vivement colorées, réalisées après son retour en Suède : Hiver (1889, Stockholm, Nm), Soir d'hiver, Roslagstull (1897-1900, Göteborg Kunstmuseum), paysages crépusculaires et mélancoliques. La découverte des œuvres de Gauguin et de Van Gogh, exposées à Copenhague en 1892 et 1893, et celle de l'estampe japonaise précipitent son évolution en faveur de la simplification décorative et de l'expression. Durant les années 1893-1895, il travaille avec ses camarades Richard Bergh et Nils Kreuger, à Varberg (sur la côte ouest de la Suède), et il atteint à un style monumental, aux formes synthétiques et au coloris puissant : Nuages de mauvais temps (1893, Stockholm, Nm), le Fort de Varberg (1894, musée de Göteborg) et les Cours mitoyennes (1894, Stockholm, Nm). Vers 1910, sous l'influence de courants nouveaux, Nordström intensifie son coloris et adopte une touche plus libre (paysages de la province du Bohuslän réputés laids avant lui et vues de Stockholm : la Prairie de Djurgården, 1915, Stockholm, Waldemarsudde), mais, dans ses dernières années, il se rapproche de nouveau de l'Impressionnisme, en une série de clairs paysages et de scènes familiales. Il a laissé de puissants dessins au fusain.

Comme peintre et comme chef de file du Konstnärsförbundet (Société des artistes), dont il fut le président de 1896 à 1920, Nordström joua un rôle dominant dans la vie artistique suédoise au début du xxe s.