En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Joannes Van Noordt

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Amsterdam v. 1620  – id. 1676).

On ignore presque tout de sa vie et de sa formation. Peut-être a-t-il été élève de Rembrandt. Ses œuvres, surtout des portraits et quelques tableaux historiques (Continence de Scipion, 1672, Rijksmuseum) et allégoriques, attestent une indéniable influence flamande (Jordaens, G. Seghers, Van Thulden) comme la connaissance de J. B. Weenix, Berchem, Bol, Maes. Son style, très personnel et remarquable par le frémissement des draperies, l'opulence du coloris et des formes, l'insistance presque irritante d'une lumière qui accuse partout le modelé, constitue l'une des plus intéressantes contributions à l'orientation baroquisante et pompeuse de toute une peinture néerlandaise à partir des années 1650. Le superbe Portrait de famille du musée de Dunkerque, le Jeune Homme du musée de Lyon (1665), l'un des chefs-d'œuvre de l'artiste, les deux Garçons au faucon de la Wallace Coll. (Londres), le Portrait de femme anonyme du W. R. M. de Cologne (attribué jadis à Bartholomeus Van der Helst) en sont des illustrations caractéristiques. Quant au tableau montrant Vénus et ses compagnes (La Haye, Stichting Nederlands Kunstbezit), il mérite d'être spécialement noté comme une saisissante anticipation du xviiie s. français, des nudités mythologiques d'un Boucher par exemple. Parmi ses élèves, il faut noter Johannes Voorhout.