En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Willem Van Nieulandt

dit Terranova

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et graveur flamand (Anvers 1584  – Amsterdam 1635/36).

Élève à Amsterdam de Jacob Savery entre 1594 et 1599, influencé très durablement par son style et celui de son frère Roelandt, il partit en 1599 ou en 1602 pour Rome, où il travailla chez Paul Bril. Il était à Anvers en 1606 et se fixa à Amsterdam en 1629.

L'artiste peignit de nombreux sujets religieux (Annonce aux bergers, 1607, musée de Tours ; 1609, château de Nijenhuis, fondation Hannema-De Stuers) et des paysages dans le goût de Paul Bril, avec des ruines ou des architectures évoquant l'Antiquité ou l'Italie : Campo Vaccino (1609, Copenhague, S. M. f. K.), Vue de Rome (1611, musée d'Anvers), Vue du Forum (1626, musée de Budapest). On distingue encore mal aujourd'hui ses œuvres de celles réalisées par son oncle Willem Van Nieulandt le Vieux, qui mourut à Rome en 1626.

Son frère Adriaen (Anvers 1587 – Amsterdam 1658) fut également peintre. Cité à Amsterdam en 1607, il peignit tout d'abord des Intérieurs de cuisine (1616, Brunswick, Herzog Anton Ulrich-Museum) dans le style de Pieter Cornelisz Van Rijck, puis des paysages agrémentés de scènes mythologiques ou religieuses rappelant la manière de Poelenburgh : Sacrifice de Manoé (Ermitage), Jacob en prière (1642, musée de Lille), Triomphe de Bacchus (1652, Copenhague, S. M. f. K.), l'Entrée à Jérusalem (1655, id.), Allégorie de la Paix de Münster, 1648 (1650, Rijksmuseum).