En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nicola di Maestro Antonio d'Ancona

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien originaire des Marches (seconde moitié du xve s. ).

Il se forme à Padoue, comme le révèle une Crucifixion que lui attribue R. Longhi (v. 1460, Venise, Accademia), dans laquelle on remarque, en même temps qu'une graphie minutieuse, une âpreté dramatique et un reflet du goût " eyckien " dans le paysage. De retour dans son pays, il trouve dans l'exemple de Bartolomeo di Tommaso da Foligno un aliment pour son expressionnisme exaspéré et presque caricatural. Sa culture, complexe, emprunte également au style de Crivelli, qui travaille longtemps dans les Marches, et même à celui de Piero della Francesca, dont on perçoit l'écho dans la Pala avec la Madone et quatre saints de 1472 (Pittsburgh, Carnegie Inst.) et dans la Pala Massimo : Madone avec quatre saints (Rome, palais Massimo ; Résurrection, lunette à la Pin. Sabauda de Turin ; prédelle au musée de Brooklyn). On lui doit également une Madone trônant (Minneapolis, Inst. of Arts), un Saint Jacques et un Saint François (Avignon, Petit Palais) provenant du même ensemble qu'un Saint Jean-Baptiste (Baltimore, Walters Art Gal.), plusieurs figures de Saints (Oxford, Ashmolean Museum ; Londres, Courtauld Inst.). Nicola di Maestro Antonio demeure l'une des plus singulières personnalités de cette peinture violente et souvent inspirée qui naquit dans les Marches au cours de la seconde moitié du xve s.