En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Endre Nemes

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et graveur suédois d'origine hongroise (Pécsvarad, Hongrie, 1909  – Stockholm 1985).

Après une enfance passée en Slovaquie, il débute comme journaliste et caricaturiste à Prague. En 1930, il s'inscrit à l'Académie des beaux-arts de Prague, où, durant quatre ans, il sera l'élève de V. Nowak. Il expose ses premières œuvres en 1936 et en 1938 en compagnie du peintre surréaliste slovaque J. Bauernfreund. Alliant la peinture traditionnelle à certains procédés cubistes (Intérieur, 1935, Bratislava, G. N. ; Femme se peignant dans l'atelier, 1936, Hluboká, Gal. Aléš), Nemes subit bientôt l'attrait de la peinture métaphysique de G. De Chirico, dont il transpose les mannequins dans le milieu de la vieille ville de Prague (le Peintre et la Femme, 1937, Ostrava, Gal. d'art ; la Vierge de Pitié de Prague, 1938, id.). Marquée par les réminiscences du milieu pragois, cette période de peinture symbolique se prolongea en Suède, où Nemes s'est réfugié en 1940 pour échapper au nazisme (le Fauteuil baroque, 1941). Il expose à Malmö en 1941, simultanément avec M.V. Suanberg, qui a aussi son exposition. Il montre déjà les métaphores érotiques qu'il reprendra souvent dans ses nombreux " Hommages à la femme ". Ces deux expositions ouvrent la voie à l'apparition de groupes à programme surréaliste : les imaginistes. Entre 1947 et 1956, alors qu'il professe à l'école d'art Valand à Göteborg, Nemes abandonne progressivement l'univers pétrifié de De Chirico pour s'orienter vers une peinture non figurative de caractère informel (Deux, 1958). La vaste production des années 60 témoigne d'une imagination foisonnante, servie par une large gamme de moyens formels et techniques. Nées d'un " hasard dirigé ", des configurations insolites se rencontrent ou s'interpénètrent (Début innocent, 1965 ; les Jumeaux, 1965). En 1964, le collage introduit dans le tableau des représentations du monde technique, souvent envisagé sous l'angle de l'humour (Tentative d'envol, 1966 ; le Chevalier et l'Électronique, 1969) ou confronté avec la nature ou les organes humains (Terrestre et astral, 1964 ; Yeux picorés, 1968). L'emploi de fragments d'illustrations, de lithographies s'accompagne d'une peinture plus figurative (la Carte postale de Deauville, 1970). Dans sa Rencontre avec le Baroque (1968), l'artiste suggère le point de départ de son œuvre, inspirée pour une large part par la dualité du vivant et de l'inorganique, du naturel et de l'artificiel. Nemes a également réalisé en Suède de vastes compositions murales. Ses œuvres figurent à Stockholm (Mn et Moderna Museet, où une grande exposition lui est consacrée en 1990) et dans les musées et les galeries d'art de diverses villes scandinaves.