En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nardo di Cione

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre italien (Florence à partir de 1343/1346  – mort en 1365/1366).

Il est inscrit à la corporation des Medici e Speziali de Florence entre 1343 et 1346 et sa personnalité artistique nous est connue par le témoignage de Ghiberti, qui lui attribue les fresques de la chapelle Strozzi à S. Maria Novella à Florence. On peut situer l'exécution de cette œuvre en 1357, date à laquelle son frère, Andrea Orcagna, achève le polyptyque de l'autel de la même chapelle.

En comparant les œuvres des deux frères, on remarque que les fresques de Nardo (le Jugement dernier, le Paradis et l'Enfer, très endommagé) traduisent avec plus de largeur et d'intensité la leçon de Maso di Banco, mais à l'intérieur de la réforme orcagnesque, qui abolit toute la problématique de Giotto et de ses grands disciples. Les figures allongées, solennellement profilées sur la surface peinte, tantôt figées dans la béatitude, tantôt grotesques dans le désespoir, prennent corps grâce à un modèle doux et fondu.

Dans les œuvres de Nardo di Cione sur panneaux (polyptyque avec la Madone et l'Enfant et des saints du musée de Prague, Trois Saints de la N. G. de Londres, Crucifixion des Offices, notamment), ces qualités sont moins apparentes, un certain durcissement se manifestant parfois, dû à l'excessive rapidité de l'exécution.