En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Angelo Nardi

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol d'origine italienne (Razzo 1584  – Madrid 1664).

Issu d'une famille noble exilée de Florence par les Médicis, il fit son apprentissage en Toscane dans l'orbite des maniéristes réformés. Après un voyage à Venise (1600), il vient chercher fortune en Espagne au moment où, revenant de Valladolid, la Cour s'installe définitivement à Madrid (1606) : il y demeurera pendant plus d'un demi-siècle. Il trouve une clientèle abondante dans le clergé et les ordres religieux, et peint de nombreux ensembles, en général signés et datés, dans la région madrilène — particulièrement à Alcalá de Henares, qui conserve intact le vaste cycle des Bernardas (Vie du Christ, Martyres et Saints de l'ordre cistercien), commandé en 1619 par les exécuteurs testamentaires du cardinal Sandoval, fondateur du couvent — et même au-delà (Retable des Bernardas de Jaén, 1634). Il devient, à partir de 1625, peintre du roi en même temps que Velázquez, avec qui il se lie d'une fidèle amitié. Si Nardi est moins important par ses dons de créateur que par sa longue carrière, l'abondance de sa production, la sympathie générale qui entoura cet homme cultivé, bienveillant et droit font qu'il demeure — avec un talent incontestable, bien qu'un peu froid et compassé — l'un des artistes les plus représentatifs de la génération qui ouvre le xviie s. Son style, plutôt archaïque, reste très lié aux modèles italiens — maniéristes de Florence comme Cigoli, de l'Escorial comme Cambiaso — mais aussi vénitiens comme Bassano, dont il possédait des œuvres et à qui il doit sans doute un certain intérêt pour les problèmes d'éclairage et un réalisme familier dans les détails qui annonce les recherches de la génération suivante (Adoration des bergers et Adoration des mages des Bernardas d'Alcalá ; Scènes de l'enfance du Christ [apr. 1625] aux Jésuites d'Alcalá, détruites en 1936 ; Saint-Joseph, musée de Huesca ; Adoration des bergers, 1650, Madrid, coll. part.).