En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Matthijs Naiveu

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Leyde 1647 Amsterdam 1721 ?).

Élève de Toorenvliet et de Dou (en 1667-1669), il apparaît dans la gilde de Leyde en 1671. À partir de 1677, on le trouve inspecteur de brasserie à Amsterdam, ville dont il acquiert la citoyenneté en 1696. Peintre de genre, d'allégories, de natures mortes et de portraits, mais toujours élégant, il transpose les influences de Dou, de Slingelandt, de Metsu dans un style assez personnel, très écrit, presque irritant à force d'insistance, avec une lumière froide et nette et une palette où dominent les tons bruns ; son réalisme, savoureux grâce à un mélange de bonhomie naïve et d'observation narquoise relevant du théâtre de mœurs, et sa précision documentaire font de lui l'un des plus heureux petits maîtres attardés du début du xviiie s. P. Van Slingelandt et C. Netscher travailleront dans le même registre. On apprécie davantage l'art de Naiveu dans des œuvres comme le Marchand de brocart (1709) ou la Visite à l'accouchée du musée de Leyde que dans celles où l'empreinte de Dou est sensible : Marchande de marrons (musée de Dijon).