En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Movimento Arte Concreta (MAC)

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Mouvement artistique italien créé à Milan en 1948 par Bruno Munari, peintre, sculpteur et designer, Atanasio Soldati, Gianni Monnet (1912-1958), un architecte peintre et typographe, et Gino Dorfles né en 1910, un peintre plus connu pour son activité de critique d'art, et qui prit fin en 1958. À la suite de l'exposition organisée à Milan, au Palazzo Reale en 1947, par Max Bill et Max Huber intitulée Arte Astratta et Concreta, l'intention des fondateurs a été de regrouper les principaux créateurs italiens qui pouvaient se réclamer de l'Art concret, de Théo Van Doesburg et des concrets zurichois et reprendre aussi le rôle qui avait été tenu dans les années 30 par la Galleria II Milione à Milan. De nombreux artistes ont adhéré à ce mouvement, déjà connus tels Luigi Veronesi, Mauro Reggiani, Mario Radice, ou plus jeunes comme Piero Dorazio, Mario Nigro ou encore Lanfranco Bombelli. Des expositions ont été organisées dès 1948 à la librairie Salto à Milan, un bulletin publié, Arte Concreta, des éditions d'albums réalisés comprenant des estampes originales. De 1948 à 1953, ce mouvement, qui n'avait pas vraiment de ligne directrice ni d'activité commune en dehors de la publication de son bulletin, reflétait plutôt la tendance de l'abstraction géométrique. Il était très marqué par l'influence de Kandinsky, de Herbin, de Magnelli, un peu par celle de Max Bill et des constructivistes (les constructions de Régina). Cette tendance se réduisit à partir de 1953 pour faire place de plus en plus à l'art informel. MAC disparut avec la mort de son principal animateur, G. Monnet, en 1958.