En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Marlow Moss

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et sculpteur britannique (Richmond, Surrey, 1890  – Penzance, Cornouailles, 1958).

Marlow Moss a été l'une des premières disciples de Piet Mondrian. Après ses études à la Saint Johns Wood School of Art de Londres, elle se rend à Paris en 1927, où elle fréquente l'Académie moderne. Elle a sa première exposition en 1928 à Paris puis rencontre l'année suivante Piet Mondrian ; c'est à ce moment qu'elle se tourne vers le Néo-Plasticisme. Son style devient très vite original, notamment grâce à l'invention d'une figure appelée " ligne double ", qui est constituée de deux lignes noires parallèles qui coupent le reste de la composition à angle droit et qui a notamment été reprise par Mondrian lui-même dans certaines de ses compositions. En 1930, Marlow Moss commence sa participation au Salon des surindépendants puis fait partie du mouvement Abstraction-Création et de l'association Salon 1940. Dès 1935, attirée comme beaucoup d'artistes de sa génération par le relief, elle commence à réaliser des compositions dont les lignes sont constituées de ficelle collée sur le support, puis de véritable cordage. C'est à ce moment-là qu'elle réintroduit la courbe dans son travail et qu'elle crée quelques compositions en relief qui témoignent de l'influence de Jean Gorin. Elle restera dans le cercle de Mondrian jusqu'à son départ pour la Grande-Bretagne, en 1938. Elle-même quittera la France en 1940 pour rentrer dans son pays en laissant en Normandie son atelier, qui sera détruit pendant la guerre. En 1947, elle participera au Salon des réalités nouvelles puis collaborera au groupe Espace de Londres. Elle réalisera également quelques sculptures, notamment sur le thème de l'anneau de Möbius, qui témoigne de l'influence de Max Bill, quelques œuvres marquées par l'art de Jean Arp ainsi que des reliefs assez proches de la manière de Jean Gorin. Ses œuvres sont conservées dans de nombreuses collections particulières, à la Tate Gal. de Londres, dans des musées néerlandais, ainsi qu'au musée de Grenoble.