En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Nicolas-André Monsiau

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre français (Paris 1754  – id. 1837).

Élève de Peyron, il séjourna quatre ans à Rome à partir de 1776 ; reçu à l'Académie en 1789, il exposa au Salon de 1787 à 1833. L'Antiquité, que lui fit connaître son maître, garde des attaches stylistiques avec le xviiie s. : Philoctète à Lemnos (1810, musée d'Amiens), Fulvie et Cicéron (1822, musée de Lille). Mais, dans un sujet d'histoire moderne comme La Consulta de la république Cisalpine décerne la présidence à Bonaparte (1808, Versailles), Monsiau montre un goût du pittoresque et de l'anecdote qui l'apparente à Boilly dans une gamme colorée jouant sur les gris et les mauves, que l'on retrouve souvent dans ses tableaux (Dévouement de Monseigneur de Belzunce, 1819, Louvre). Il fut aussi portraitiste (Autoportrait, 1827, Louvre) et illustrateur.