En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Mary Martin

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre et sculpteur britannique (Folkestone 1907  – Londres 1969).

Après ses études, qu'elle poursuit de 1925 à 1932, en particulier au Royal College of Art de Londres, Mary Balmford épouse, en 1930, Kenneth Martin. C'est à partir de 1950 qu'elle réalisera ses premiers tableaux abstraits puis ses premiers reliefs, en 1951. Elle peut être considérée avec Victor Pasmore comme le chef de file de cette école britannique du relief, qui s'est développée après 1945 à la suite de Ben Nicholson. Les reliefs de Mary Martin sont tous fondés sur une composition horizontale et verticale, parfois basculée à 45°. Ils sont constitués de structures rigoureuses utilisant des modules et dans lesquelles les plans formant des facettes indiquent des directions, des inclinaisons, des profondeurs : ainsi par exemple le relief Climbing Form, 1954-1962, qui joue avec différents niveaux dans lesquels la lumière intervient. Mary Martin a été très vite intéressée par l'utilisation des mathématiques et la permutation des formes. Elle a aussi utilisé des matériaux modernes, tels le Perspex et le stratifié, afin d'éliminer toute trace de travail manuel et toute sensibilité provenant de la facture manuelle. Elle a réalisé quelques intégrations dans l'architecture, en particulier dans un hôpital de Belfast en 1957, ainsi qu'en 1969 à l'université de Stirling. Son influence sur l'art britannique a été très importante, en particulier sur Antony Hill, ainsi que plus tard sur Peter Lowe. Une rétrospective de son œuvre a été organisée par la Tate Gal. de Londres en 1984. Mary Martin est représentée dans de nombreuses collections particulières, dans les musées britanniques, à la Tate Gal. de Londres ainsi qu'au musée de Grenoble.