En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

James Edward Hervey Macdonald

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste canadien d'origine britannique (Durham, Grande Bretagne, 1873  – Toronto  1932).

Tout en étudiant le dessin et la peinture aux cours du soir de Hamilton et de Toronto, où sa famille s'était établie en 1887, il travaille comme dessinateur dans des ateliers d'art commercial. Il y subit l'influence de l'Art nouveau par l'intermédiaire du magazine The Studio, que tous ses collègues feuillettent. Au retour d'un séjour de cinq ans en Angleterre, il expose à Toronto, pour la première fois, en 1908. Le Post-Impressionnisme semble l'avoir influencé à cette époque. Fervent admirateur du paysage canadien, et poète à ses heures, il cherche une forme d'expression typiquement nationale.

La visite d'une exposition de peintures scandinaves à Buffalo, en 1912, l'aida à découvrir son style personnel. Les peintures qu'il exécuta l'année suivante, par leurs sujets comme par leur facture, révèlent déjà les caractères essentiels de l'école du groupe des Sept. Ce sont des paysages du nord de l'Ontario, brillants de couleurs, papillotants et rythmés, exécutés dans une technique très proche de celle du Néo-Impressionnisme. L'un des meilleurs tableaux de MacDonald, la Digue des castors (1919, Toronto, Art Gal.), est un parfait exemple du style du groupe des Sept.