En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Maître d'Ávila

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (actif en Castille dans la seconde moitié du xve s. ).

Parmi les artistes qui ont travaillé dans le sillage de Gallego, le Maître d'Ávila tient une place importante par le nombre des retables qui lui sont attribués. En reprenant certains thèmes flamands, il tend à accentuer l'expression réaliste des personnages par un jeu de lumière qui accuse fortement les traits et traduit une intense vie intérieure. Sans reprendre les expressions caricaturales de Gallego, ses personnages au canon plus court présentent un visage plus large avec des pommettes saillantes ; il affectionne, enfin, les larges nimbes cernés de noir. Les 3 Scènes de la vie de la Vierge (Barco de Ávila) exécutées v. 1470, l'Épiphanie (Toledo, Ohio, Museum of Art) et le retable de Saint-Vincent d'Ávila sont à cet égard très caractéristiques. Le triptyque de la Nativité (Madrid, musée Lázaro Galdiano) provenant d'un couvent d'Ávila témoigne de recherches plus idéalisées et sereines. Le Maître d'Ávila eut de nombreux disciples : le Maître de Geria, le Maître de Garofani et celui que J. Gudiol baptise le " Premier Maître d'Ávila ". Leur collaboration peut être notée dans le Retable de saint Pierre et le Retable de Notre-Dame-des-Grâces (cathédrale d'Ávila), ainsi que dans celui de Saint-Martin de Bonilla, où l'on discerne une tension expressionniste qui tend vers la crispation des attitudes. Tormo avait proposé d'identifier le Maître d'Ávila avec un certain Garcia del Barco, peintre connu à Ávila entre 1465 et 1476..