En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

William James Müller

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre britannique (Bristol 1812  – id.  1845).

Fils d'un émigré allemand, conservateur du musée de Bristol et, par conséquent, lié aux cercles intellectuels de la ville, il fut élève de son concitoyen J. B. Pyne, dont l'influence fut dominante sur son œuvre. Il fonda en 1832 la Bristol Sketching Society. Essentiellement paysagiste, il travailla principalement à Londres et exposa à la Royal Academy de 1833 à 1845. De ses voyages en Allemagne, en Italie, en Suisse (1833-34), plus tard en Grèce et en Égypte (1838), probablement à l'exemple de D. Roberts, il rapporta de nombreux croquis et dessins. En 1840, il visita la France et publia une suite de lithographies, Picturesque Sketches of the Age of Francis the First. En 1843, il accompagna une expédition archéologique gouvernementale en Lycie. Parmi sa production, les scènes égyptiennes et orientales obtinrent un grand succès et lui valurent de nombreuses commandes (plusieurs exemples sont conservés à Londres, Tate Gal. et V. A. M.). Müller n'en récrimina pas moins contre les institutions artistiques, en particulier la Royal Academy, qu'il accusait de le desservir par de mauvais accrochages. Il se retira à Bristol et mourut très jeune, laissant une œuvre qui, traditionnelle par le dessin et la composition, se distingue par l'emploi de couleurs intenses aussi bien dans les aquarelles que dans les huiles : Vue de la cathédrale de Bristol (1835, Bristol, City Art Gal.).