En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Eugenio Lucas Velázquez

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre espagnol (Madrid 1817  – id. 1870).

Il dut étudier à l'Académie de San Fernando, où il expose en 1841 deux caprices et deux scènes de genre. Admirateur passionné du Goya des derniers temps, beau-frère du paysagiste romantique Pérez Villaamil, il subit aussi fortement l'influence des maîtres espagnols anciens qu'il pouvait voir au Prado, et notamment de Velázquez. Il décore le plafond du théâtre Royal de Madrid en collaboration avec le Français H. Filastre, puis, seul, le palais du marquis de Salamanca. Il eut beaucoup de succès comme peintre de genre, toujours savoureux par la richesse de la matière et les éclairages tourmentés : avec les scènes proprement populaires — fêtes de village, soldats, corridas — alternent des sujets " expressionnistes " — scènes d'inquisition, bandits, condamnés à mort — ou fantastiques (sabbats). Des uns comme des autres, le Prado, le Museo Lázaro Galdiano, le Museo Romàntico à Madrid abondent en exemples éloquents.

Lucas se rend à Paris en 1844 ; à l'Exposition internationale de 1855, ses toiles sont louées chaleureusement par Gautier et About. Cette même année, il est chargé d'estimer les " peintures noires " de Goya à la Quinta del Sordo. Il visite l'Italie, en 1856, le Maroc en 1859. Si sa production, toujours pleine de verve, reste celle d'un improvisateur, il est cependant autre chose qu'un pasticheur de Goya. Il est parfois un peintre de la meilleure tradition espagnole, celle de la gravité et de la force contenue. Son Chasseur (Prado) n'est pas indigne de Manet (qui le connut à Madrid en 1865), et, même dans ses œuvres " goyesques ", la Révolution (Prado) montre un sens assez épique du tragique contemporain. Lucas fut également le portraitiste très sensible de sa mère, de ses enfants et un paysagiste souvent excellent.

Il ne doit pas être confondu avec son fils Eugenio Lucas y Villaamil (Madrid 1870 – id. 1918) qui n'a hérité de lui qu'une virtuosité assez creuse.