En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Sol Lewitt

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Artiste américain (Hartford 1928-New York 2007).

Avec D. Judd, D. Flavin et C. Andre, Sol Lewitt est un des plus importants représentants du Minimal Art. Son activité englobe aussi bien le dessin que la sculpture et l'édition. Après des études artistiques, Lewitt travaille comme graphiste dans le cabinet de l'architecte Pei et commence ses premières peintures en 1962, inspirées du Constructivisme comme des théories du Bauhaus. Dès ses premières expositions en 1963, il utilise un vocabulaire graphique très réduit : la ligne horizontale, verticale ou diagonale et le carré, et exploite toutes les combinaisons possibles : variations sur le cube pour des sculptures en tôle émaillée ou en bois peint en blanc, faites à partir d'un module de base fabriqué en série industriellement (Part Piece [open cubes] in form of a cross, 1966-1969, Paris, M. N. A. M. [cinq cubes évidés disposés en forme de croix]) ; variations sur la ligne, passant progressivement de la toile au mur. L'année 1968 voit la réalisation des premiers " Wall Drawings ", dessins exécutés directement sur le mur à partir d'indications écrites de l'artiste et réalisés par des assistants, l'œuvre devant disparaître après l'exposition. Une telle attitude procède d'une conception que Lewitt a été le premier à définir comme l'Art conceptuel dans deux textes célèbres publiés en 1967 et 1969, où il explique que l'idée ou le concept de l'œuvre, d'où est évacué tout contenu subjectif, importent plus que sa réalisation. Radicales et complexes au début — comme celle faite en 1972 à la galerie Art and Project d'Amsterdam : Dix mille lignes droites d'une longueur approximative de 12 cm, distribuées sur toute la surface du mur, dessinées au crayon —, les œuvres de cette dernière décennie, depuis l'importante rétrospective au M. O. M. A. de New York en 1978, se simplifient et prennent des dimensions monumentales. Ainsi la série des " Wall Drawings " présentée à l'A. R. C. (M. A. M., Paris, 1987) : 24 pyramides tronquées de 350 × 350 cm environ, peintes à partir d'une combinaison de lavis d'encre grise, rouge, jaune et bleue. L'explosion d'une dimension esthétique et ludique, jusque-là contenue, démontre que Sol Lewitt a eu l'intelligence d'enfreindre les limites d'un système volontairement contraignant tout en observant la même logique de base. Ses dessins (1958-1992) ont été présentés à Paris (M. N. A. M.) en 1994, et une importante réalisation éphémère, 25 Years of Wall Drawings, 1969-1994 a été présentée (Paris, Renn Espace d'art contemportain) en 1994-95.