En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

Herman Kruyder

Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la peinture ».

Peintre néerlandais (Lage Vuursche  1881  – Amsterdam  1935).

Surtout autodidacte, il suivit les cours de l'école des Arts et Métiers de Haarlem de 1900 à 1904, et jusqu'en 1910 travailla à Delft dans un atelier de vitraux. Il se consacra ensuite exclusivement à la peinture. Les leçons du Cubisme et de l'Expressionnisme allemand et flamand interviennent dans la formation de son style. Vers 1916-17, ses formes deviennent plus expressives et se simplifient, proches des œuvres de Le Fauconnier ou de Léo Gestel (Paradis II, Frans Halsmuseum, Haarlem). De 1921-22 à 1926, il réside à Bennebroek, où il réalise des peintures d'une grande intensité par le rendu dramatique des sujets et l'usage des couleurs vives (le Tueur de cochon, 1923-1925, Eindhoven, Van Abbemuseum). Installé à Blaricum (1927-1935), il se constitua un métier personnel, où la couleur gagne en nuances (le Cavalier, 1933, Amsterdam, Stedelijk Museum), utilisant une matière épaisse et lourde (le Charron, 1931, Eindhoven, Van Abbemuseum). Le symbolisme de certaines représentations (le Taurillon, l'Étalon, 1932-1934, Enschede, Twenthe, Rijksmuseum) et son goût des motifs villageois (Ferme à Blaricum, 1928, Eindhoven, Van Abbemuseum) rapprochent finalement Kruyder des tendances au primitivisme du xxe s. (l'artiste avait connu Rousseau par la reproduction), et son œuvre présente quelque analogie avec celle, flamande, d'un De Smet. Elle a fait l'objet d'une rétrospective au Singermuseum de Laren en 1980.